Princesse Sarah

 Princesse Sarah dans Les Dessins Animés 1180291725

Je me souviens vaguement de ces pitoyables soirées où nous étions toutes les quatre entassées sur le minuscule canapé du salon, aux côtés de Maman ; et je me souviens aussi que nous pleurions toutes à chaudes larmes, parfois à nous prendre les unes dans les bras de l’autre, à finir par éteindre la télé sans regarder la fin ; pour nous, si l’épisode était triste, le reste de la journée était fichu… habitées que nous étions par le spectre de cette petite fille effroyablement forte et si bousculée par la vie…

Aujourd’hui encore, quand je repense à ces absurdités, j’avoue que j’ai encore parfois, comme coincée dans le fond de la gorge, un espèce de poids difficile à faire passer… C’était l’époque de Princesse Sarah. Dans la cour de l’école, tout le monde en parlait, nous étions obnibulées par la série, à tel point que l’instit’ nous avait interdit d’en parler pendant les heures de classe…

Rares sont ceux qui ont vécu cette passion pour une série animée ; et vous ne pourrez pas comprendre si vous n’êtes pas de la génération « Princesse Sarah »…

* * *

sarah.jpg

Fiche Technique : 

Cette série animée est d’origine japonaise. Elle est composée de 46 épisodes comptant chacune 24 minutes et a été créée en 1985 par Ryûzô Nakanishi d’après le roman A Little Princess de Frances Hodgson Burnett. En France, la série est diffusée depuis mars 1987.

sarahzg9 dans Les Dessins Animés

L’Histoire :

Dans l’Angleterre du XIXe siècle, Sarah Crew, huit ans et demi et orpheline de mère, est placée par son père, riche homme d’affaires devant se rendre aux Indes, dans un pensionnat afin d’y recevoir la meilleure éducation. Dans les premiers temps, la petite fille est traitée avec tous les égards dus à sa fortune. Malheureusement, la faillite et le décès de son père (qu’elle apprend le jour de son neuvième anniversaire) font basculer la vie de Sarah qui devient une petite servante brimée et sans cesse rabaissée par la directrice du pensionnat et quelques-unes de ses « camarades« , comme Lavinia.

Sarah va vivre misérablement, mais grâce à son courage et à ses amis (Becky, Peter…), elle parviendra à surmonter les obstacles que ne cessent de lui tendre ses ennemis.

Heureusement tout se terminera bien pour Sarah.

sarah

La Morale :

Cette série est très manichéenne ; elle divise le monde de Sarah en deux : les « Méchants », représentés notamment par Mle Mangin et Lavinia, et les « Gentils », représentés par Beckie, Lottie ou Peter. Malgré la caractère particulièrement simpliste de la série, les valeurs morales sont profondes : la persévérance, l’espérance et l’optimisme en toute occasion constituent la religion de la petite orpheline. La jeune fille, de confession certainement anglicane, fait d’ailleurs office de figure biblique : à plusieurs reprises, le bien et l’amour de l’autre la confondent. Le personnage est parfaitement lisse ; la colère, la convoitise, la vengeance ne l’envahissent jamais ; son visage angélique et son sourire engeôleur rappellent souvent les images bibliques.

sar.jpg

Régulièrement, la série met en scène la violence de l’adulte sur l’enfant : coups directs, vocabulaire insultant et traitements inhumains… c’est certainement aussi ce qui a fait le succès de cette série. L’adulte est froid et sans retenue à l’égard des enfants victimes. L’entourage se doute du mauvais traitement mais ne dit rien : Marguerite ou les voisins bienfaiteurs, même s’ils tentent parfois d’adoucir les maux, connaissent la violence portée aux enfants et n’interviennent jamais.

Psychologie : (et oui, encore ! )

15226-15890

L’histoire de la Princesse Diamant semble mettre en scène le complexe d’Oedipe.

Pour ceux qui ne voient pas trop de quoi il s’agit, et pour shématiser un peu, le complexe d’Oedipe est un méchanisme inconscient par lequel tout enfant en bas âge passe pour se constituer : le souhait inconscient d’épouser son père, pour une fille, (ou sa mère pour un garçon) et de supprimer l’autre parent rival.

Sarah est orpheline de mère, on le sait : Son désir du père peut se développer à souhait, d’autant plus qu’un lien très fusionnel la lie à son père. La poupée que lui offre son père est d’ailleurs un moyen pour elle de « transférer » son amour lors de l’absence du père. La séparation, puis la mort du père arrivent comme un couperet qui destabilise la jeune fille et la fait plonger dans un monde de régression ; Sarah s’apparente alors à Cendrillon, réduite aux tâches les plus basses et y prennant un plaisir à la limite du sado-masochisme.

sara.jpg

Dans les contes de fée, la rupture et le sommeil sont des représentations de la période pré-pubertaire, celle où l’enfant se concentre sur lui-même avant de devenir pubertaire, et donc apte à la sexualité. Ce n’est qu’au bout de cette longue période que Sarah accepte enfin la mort de son père (le premier homme de sa vie) pour devenir enfin elle-même et endosser les attributs de la princesse de Diamant.

Sources de cet article : perso.orange.fr/petite-princesse et wikipedia

5 Réponses à “Princesse Sarah”

  1. pitouwh dit :

    Ma petite soeur vous prierait de ne pas perpétuer la mémoire de ce dessin animé qui lui a fait du tort tout le long de sa vie et aujourd’hui encore, en vous remerciant… oui, elle s’appelle Sarah…

    Dernière publication sur The Geek Show : Critique ciné : Cry Macho

  2. cecile dit :

    ça c’était des dessins aminés

  3. La-Matrice dit :

    et vous ne pourrez pas comprendre si vous n’êtes pas de la génération “Princesse Sarah”…

    >>> J’en suis… En plein dedans !

    Je regardais Princesse Sarah en fin d’après midi, après le collège, quand ça passait sur la 5 (RIP, la bonne vieille 5, pas celle de maintenant ).

    Un D.A. que j’avais du mal a appréhender de prime abord, parce que j’suis un mec, et que nous, à l’époque, c’était plutôt Capitaine Flam, Goldorak, Albator et compagnie.

    Le déclic, et surtout mon amour pour Princesse Sarah s’est manifesté beaucoup plus tard, à 35 ans, à l’occasion d’une rediffusion télé, j’ai tout de suite voulu voir tous les épisodes, et forcément, l’intégrale DVD a fini sur mon étagère après avoir visionné une dizaine d’épisodes seulement…^^

    Pour moi, c’est LE DESSIN ANIME, quoi… J’ai beau être un garçon, et avoir une collection de DVD largement orientée horreur et film de genre, j’ai vraiment la nostalgie de l’époque Princesse Sarah… C’était l’âge d’or, et aujourd’hui, il n’y a plus rien de pareil, tout est devenu morne, terne, plat, vide, creux, sans intérêt… (Ou si peu… Sarko comme mieux disant intellectuel, on croit rêver lol ! – Bon, remarque un peu hors sujet, mais voilà, ce mec me colle la haine, alors il fallait bien que ça sorte, et donc, pour oublier cette crasse ambiante, me replonger avec bonheur dans chacun des épisodes de Princesse Sarah, jusqu’à pas d’heures…)

    Bref, y a tellement de choses qui me (nous) attache à Sarah, et je pense que le fait de réussir un D.A. qui a un tel pouvoir sur ceux qui le regardent est un fantastique tour de force, comme seuls les japonais savent nous en faire depuis des années, dans le manga, l’anime et les jeux vidéo… Y a pas photo, quoi !

    Donc, et comment que je comprends… J’accroche complètement à ce que tu dis, en fait, on parle la même langue…^^

    J’te laisse ! Merci pour cet article, en tout cas !

  4. jeanstory dit :

    A friendly relationship may goldthread which experts claim neckties all of the hearts with all the different domain. [url=http://www.voyoto.com/vetement-femme-c-16.html/]jeanstory[/url] jeanstory

  5. jeanstory dit :

    Love may be the merely happy along with ample solution having to do with our appearance. jeanstory

Laisser un commentaire