• Accueil
  • > Archives pour octobre 2007

Archive pour octobre 2007

Le Chat Chapeauté… en exclusivité pour mon ‘ti Tony

Samedi 27 octobre 2007

Le Chat Chapeauté... en exclusivité pour mon 'ti Tony dans Les Films d'Animation 18372073             Ma Nenette,

Tu as laissé, il y a peu, un message dans la rubrique « demande d’article« , dans lequel tu demandais un article sur le film  »Le Chat Chapeauté« , le film préféré de ton kiki…

Ce n’est pas un film d’animation, mais je veux bien faire une petite exception pour mon neveu !

(désolée, pas de vidéo disponible pour ce film !)

« LE CHAT CHAPEAUTE »

1- L’Histoire :

Elle est très sérieuse, trop organisée pour être naturelle et ne manque jamais une occasion de blâmer son frère. Il ne pense qu’à s’amuser, ne sait pas ce que  » responsabilité  » veut dire et n’écoute jamais sa soeur. Alors que leur mère les laisse seuls dans la maison, l’irruption d’un chat géant et de son chapeau magique va leur apprendre à compter l’un sur l’autre et surtout à enfin s’aimer…

2- Interprétation :

Ma Nenette ; saches que si ton fils te réclame encore et encore de visionner Le Chat Chapeauté c’est que, à humble mon avis, il est tout à fait prêt pour devenir un grand frère (Saches que moi, je n’ai jamais montré ce film à mon fils… ).

Si l’on y regarde de plus près, cette histoire met en scène les difficultés de s’entendre entre frère et soeur. Tous deux sont différents, n’ont pas les mêmes préoccupations, les mêmes priorités, bref, le même âge ; et c’est en l’absence des parents que les rivalités fraternelles éclatent. Le frère (ou la soeur), c’est l’autre, celui qui prend ma place auprès de Maman et Papa, celui à cause de qui les bonbons sont divisés en 2… et c’est en cela qu’au fond, on déteste inconsciemment son frère ou sa soeur.

Mais c’est aussi le compagnon de jeu privilégié, celui sans qui je m’ennuie terriblement, celui qui divise les brimades et les éventuelles fessées par deux… celui qui fait que Papa et Maman ne sont pas constamment sur mon dos ; c’est celui (ou celle) qui me fait grandir, pas l’esprit de compétition, celui qui prend soin de moi, celui que je dois protéger… et c’est en cela qu’au fond, on aime infiniment son frère et sa soeur.

Ce film semble, en effet mettre en avant l’ambivalence des rapports fraternels, et si ton kiki ne cesse de te le réclamer, c’est, je pense, un signe avant-coureur qu’il est en train d’intégrer l’idée d’avoir un frère (ou une soeur).

Si toi tu n’es pas prête, lui si !!!

 

Princesse Sarah

Mercredi 24 octobre 2007

 Princesse Sarah dans Les Dessins Animés 1180291725

Je me souviens vaguement de ces pitoyables soirées où nous étions toutes les quatre entassées sur le minuscule canapé du salon, aux côtés de Maman ; et je me souviens aussi que nous pleurions toutes à chaudes larmes, parfois à nous prendre les unes dans les bras de l’autre, à finir par éteindre la télé sans regarder la fin ; pour nous, si l’épisode était triste, le reste de la journée était fichu… habitées que nous étions par le spectre de cette petite fille effroyablement forte et si bousculée par la vie…

Aujourd’hui encore, quand je repense à ces absurdités, j’avoue que j’ai encore parfois, comme coincée dans le fond de la gorge, un espèce de poids difficile à faire passer… C’était l’époque de Princesse Sarah. Dans la cour de l’école, tout le monde en parlait, nous étions obnibulées par la série, à tel point que l’instit’ nous avait interdit d’en parler pendant les heures de classe…

Rares sont ceux qui ont vécu cette passion pour une série animée ; et vous ne pourrez pas comprendre si vous n’êtes pas de la génération « Princesse Sarah »…

* * *

sarah.jpg

Fiche Technique : 

Cette série animée est d’origine japonaise. Elle est composée de 46 épisodes comptant chacune 24 minutes et a été créée en 1985 par Ryûzô Nakanishi d’après le roman A Little Princess de Frances Hodgson Burnett. En France, la série est diffusée depuis mars 1987.

sarahzg9 dans Les Dessins Animés

L’Histoire :

Dans l’Angleterre du XIXe siècle, Sarah Crew, huit ans et demi et orpheline de mère, est placée par son père, riche homme d’affaires devant se rendre aux Indes, dans un pensionnat afin d’y recevoir la meilleure éducation. Dans les premiers temps, la petite fille est traitée avec tous les égards dus à sa fortune. Malheureusement, la faillite et le décès de son père (qu’elle apprend le jour de son neuvième anniversaire) font basculer la vie de Sarah qui devient une petite servante brimée et sans cesse rabaissée par la directrice du pensionnat et quelques-unes de ses « camarades« , comme Lavinia.

Sarah va vivre misérablement, mais grâce à son courage et à ses amis (Becky, Peter…), elle parviendra à surmonter les obstacles que ne cessent de lui tendre ses ennemis.

Heureusement tout se terminera bien pour Sarah.

sarah

La Morale :

Cette série est très manichéenne ; elle divise le monde de Sarah en deux : les « Méchants », représentés notamment par Mle Mangin et Lavinia, et les « Gentils », représentés par Beckie, Lottie ou Peter. Malgré la caractère particulièrement simpliste de la série, les valeurs morales sont profondes : la persévérance, l’espérance et l’optimisme en toute occasion constituent la religion de la petite orpheline. La jeune fille, de confession certainement anglicane, fait d’ailleurs office de figure biblique : à plusieurs reprises, le bien et l’amour de l’autre la confondent. Le personnage est parfaitement lisse ; la colère, la convoitise, la vengeance ne l’envahissent jamais ; son visage angélique et son sourire engeôleur rappellent souvent les images bibliques.

sar.jpg

Régulièrement, la série met en scène la violence de l’adulte sur l’enfant : coups directs, vocabulaire insultant et traitements inhumains… c’est certainement aussi ce qui a fait le succès de cette série. L’adulte est froid et sans retenue à l’égard des enfants victimes. L’entourage se doute du mauvais traitement mais ne dit rien : Marguerite ou les voisins bienfaiteurs, même s’ils tentent parfois d’adoucir les maux, connaissent la violence portée aux enfants et n’interviennent jamais.

Psychologie : (et oui, encore ! )

15226-15890

L’histoire de la Princesse Diamant semble mettre en scène le complexe d’Oedipe.

Pour ceux qui ne voient pas trop de quoi il s’agit, et pour shématiser un peu, le complexe d’Oedipe est un méchanisme inconscient par lequel tout enfant en bas âge passe pour se constituer : le souhait inconscient d’épouser son père, pour une fille, (ou sa mère pour un garçon) et de supprimer l’autre parent rival.

Sarah est orpheline de mère, on le sait : Son désir du père peut se développer à souhait, d’autant plus qu’un lien très fusionnel la lie à son père. La poupée que lui offre son père est d’ailleurs un moyen pour elle de « transférer » son amour lors de l’absence du père. La séparation, puis la mort du père arrivent comme un couperet qui destabilise la jeune fille et la fait plonger dans un monde de régression ; Sarah s’apparente alors à Cendrillon, réduite aux tâches les plus basses et y prennant un plaisir à la limite du sado-masochisme.

sara.jpg

Dans les contes de fée, la rupture et le sommeil sont des représentations de la période pré-pubertaire, celle où l’enfant se concentre sur lui-même avant de devenir pubertaire, et donc apte à la sexualité. Ce n’est qu’au bout de cette longue période que Sarah accepte enfin la mort de son père (le premier homme de sa vie) pour devenir enfin elle-même et endosser les attributs de la princesse de Diamant.

Sources de cet article : perso.orange.fr/petite-princesse et wikipedia

Comment fait-on un dessin animé ?

Mardi 23 octobre 2007

Et voilà, l’idée est avancée… on va réaliser un dessin animé ! Super ! Grandiose ! Génial !

Qu’est-ce qui se cache derrière le produit fini que nous, simples spectateurs, visionnons au cinéma, voire bien assis dans notre canapé ? Combien de temps, combien de personnes, quelles techniques sont utilisées ? Tant de questions qui, j’en suis sûre, ne vous ont pas souvent effleuré l’esprit… Et pourtant, vous allez découvrir quel miracle se cache derrière le visionnage d’un film d’animation ou même d’un dessin animé.

La Préparation : Au boulot !

dessin.jpg

La première étape est la réalisation du scénario. C’est à ce moment également que la « charte visuelle » et le « story-board«  sont élaborés. Les caractères des personnages sont définis. Déjà, l’équipe mise en place définit tous les détails du prochain tournage : angles de vue, jeu de caméra, couleurs, décors… C’est la création du Workbook (le « livre de travail ») qui sera la référence suprème à chaque étape de la création et pour chacune des équipes.

Deuxième étape : la déco’

Comment fait-on un dessin animé ?  dans Bon à savoir! cartoonerie2

Une fois le travail de préparation effectué, il est déjà temps de créer le monde qui va servir de décors à l’histoire : Des images fixes, souvent peints à la main avec de la gouache, sur du carton ou des celluloïds. Le décors sert à plusieurs reprises dans le film ; il s’agit d’images fixes auxquelles il est possible de donner du relief et de la profondeur grace à la caméra multiplane.

On anime son petit monde

charach2 dans Bon à savoir!

Il faut savoir que, notamment dans les gosses productions, chaque personnage est pris en charge par une personne qui va superviser son élaboration. Le rough draw est la première trace du personnage : c’est un premier document qui définit toutes les caractéristiques du personnage (physique, costume, attitudes, postures). Il ne s’agit que d’un croquis imprecis qui donne à voir aux animateurs les principales caractéristiques du personnage.

Coup de Nettoyage et Effets d’animation

Clean-up

C’est ce que l’on appelle le « Clean Up » : Cette équipe a pour rôle de retravailler à partir du Model Sheet ; elle perfectionne les personnages, ajoute les détails et remet le tout au propre. C’est ce dernier dessinà qui passera sous la caméra !

Tout ce qui a besoin d’être animé et qui n’est pas un personnage (arbres, eau… c’est ce que l’on appele un “effet spécial”), on s’inspire de la réalité.

La numérisation

da

Depuis l’explosion de l’informatique, une véritable révolution a eu lieu dans la conception de l’animation. La fameuse 3D permet notamment de superposer les décors à l’infini, de dupliquer les dessins des personnages et de choisir dans une palette de couleur particulièrement vaste (16 000 000 de couleurs !). Cette technique, combinée à la traditionnelle 2D donne des résultats très performants et réalistes.

Attention ! On tourne !

lien%2520his

Et voilà la finalisation du travail : chaque dessin est présentée à la caméra : 24 dessins à la seconde (!). Un travail titanesque et très minutieux qui exige une attention accrue. Après cette étape, il s’agit de visionner et de faire visionner le film afin de corriger les dernières erreurs. On enregistre ensuite la bande-son et on prépare tout le marketing du film ! Et c’est là que tout commence pour nous !

La Trahison de Clochette

Samedi 20 octobre 2007

« Venue à tire-d’aile du Pays Imaginaire répandre sa poudre magique pour alléger la lourdeur d’esprit des pauvres enfants perdus, Clochette en trompera plus d’un par sa taille. Mais il faut faire attention, car dotée d’un solide caractère, elle peut prendre Mouche, et décoller au quart de tour pour défendre amis et idées et il faut un peu plus qu’un crochet (fusse-t-il capitaine) pour lui faire peur…«  

La fée Clochette est un personnage imaginé par Sir James Matthew Barrie, un anglais né à la fin du 19ème siècle. Elle accompagne Peter Pan dans toutes ses aventures.

Ainsi est née en 1953 la fée Clochette, qui allait devenir l’une des grandes icônes de Disney (avec le Mickey en Apprenti-Sorcier). Clochette est une figure féminine qui n’a rien à voir avec ses contemporaines Disney ; son physique est presque « aguicheur » : elle a les cheveux en bataille et porte une robe décolletée et très courte qui lui arrive au dessus des cuisses !

Ce personnage a largement été popularisé par le Peter pan de Walt Disney. Mais qui est-elle vraiment?

Clochette

Retour aux origines :

James M. Barrie, son créateur, nous livre une belle légende sur l’origine des fées :

« Lorsque le premier de tous les bébés se mit à rire pour la première fois, son rire se brisa en milliers de morceaux, et chaque morceau devint une fée. »

A l’origine, la fée Clochette est appelée Clochette-la-Rétameuse (elle répare les casseroles et les bouilloires!).

En ce qui concerne le mot « clochette », il tire son origine du langage des fées : une clochette est un tintement argenti. Rappellez-vous des paroles de Wendy : « J’entends comme un tintement de clochette. – C’est Clo, c’est la langue des fées« 

Psychologie du personnage :  

La fée Clochette est l’un des rares personnages de film d’animation à présenter une psychologie aussi profonde.

Clochette est une personne pleine de qualités mais aussi pleine de défauts…

- Tantôt foncièrement méchante, tantôt foncièrement bonne (les fées pouvant être à certains moments tout l’un ou tout l’autre : « Elle est si petite qu’elle n’a de place que pour un seul sentiment à la fois« ), elle fait preuve à la fois d’une grande jalousie et d’une haine féroce, notamment envers Wendy : Elle affirme aux Enfants Perdus que Peter souhaite qu’ils tuent l’oiseau-Wendy. Elle est ensuite bannie pendant une semaine et, par naïveté (ou volonté de vengeance), elle indique à Crochet le chemin pour se rendre dans la cachette de Peter.

- Clochette est vaniteuse, dévergondée et impolie (elle passe son temps à insulter et provoquer Wendy).

- Romantique et jalouse, elle est amoureuse de Peter Pan.

Mais le tableau psychologique de ce personnage n’est pas encore achevé :

- Clochette est également capable de remords et connaît le sentiment d’apathie : Lorsqu’elle réalise l’horreur de sa trahison et la portée dramatique de celle-ci, elle va jusqu’à se sacrifier en mangeant le gâteau empoisonné.

Nous voyons donc que Clochette n’est pas un personnage simpliste enfermé dans le manichéïsme que l’on reproche souvent à Disney (et pourtant Peter Pan n’est pas un film récent !). Là où les « méchants » se contentent d’être méchants et ne regrettent jamais leur geste, Clochette présente une psychologie très complexe où le mal et le bien se mêlent avec brio.

Ambassadrice Disney :

Espiègle, jalouse et charmeuse, la fée Clochette est devenue l’icône des parcs Disney et de Disneyland Resort Paris. Elle a été, en 2005, l’ambassadrice du 50ème anniversaire du parc Disneyland ouvert le 17 juillet 1955. Ce fut notamment l’occasion de faire dessiner un T-Shirt à l’effigie de ce malicieux petit bout de femme. Toutes les fées, petites et grandes, ont passé l’été 2005 à arborer le T-shirt tant convoité ! 

Interprétations libre du personnage :

Voici quelques images magnifiques du personnage en tant que fée. Les interprétations sont très libres et éloignées du personnages Disney, mais elles confèrent au personnage une dimension toute nouvelle. Laissez-nous vos impressions !

1-La Trahison de Clochette dans Les Films d'Animation fee1      2-cover_f%C3%A9e dans Les Films d'Animation       34-fee-clochette       4-image_grande

« Les fées sont des personnes assommantes parce qu’elles se mêlent tout le temps des affaires des hommes. »     Peter

Sortie : Les Rois de la Glisse

Vendredi 19 octobre 2007

LES ROIS DE LA GLISSE

(Surf’s Up

Sortie le : 24 OCTOBRE 2007

Image de prévisualisation YouTube

1- Fiche Technique :

Comédie d’animation, américain d’1h28, distribué par Sony Pictures

Réalisé par Ash Brannon et Chris Buck, avec (notamment) Pierre Richard    

Budget : 120 000 000$

Titre original : Surf’s Up

 

2- L’histoire :

Sur sa banquise, le jeune Cody rêve de devenir le champion du monde des surfeurs. Il espère qu’en intégrant le monde prestigieux de la compétition, il trouvera enfin le respect et l’admiration qu’il n’a jamais eus. Accompagné d’une équipe de reportage qui filme son incroyable aventure, Cody quitte son univers glacial pour rejoindre le paradis ensoleillé de l’île de Pin Goo où va se dérouler la compétition.
Sa rencontre avec un vieux surfeur surnommé « Geek » (**) va changer son destin et donner un vrai sens à sa quête. Le jeune intrépide qui n’était venu que pour remporter une médaille va gagner bien davantage…

3- Secrets de tournage :

  • Les deux réalisateurs n’en sont pas à leur premier coup d’essai : Ash Brannon a co-réalisé Toy Story 2 et Chris Buck a réalisé Tarzan
  • C’est Nelson Montfort qui assure la voix française du commentateur !
  • La chanson du film est interprétée par la talentueuse Lauryn Hill

 4- Premières Critiques :

(Forum Allociné)

- Nettement meilleur qu’Happy Feet ! sans comparaison aucune (sauf les pingoins). La réalisation donne l’effet que le film est tourné en style documentaire : caméra à l’épaule et ça c’est plutot inovant, mais le point fort c’est la technique d’animation, si on enlève les pingouins franchement on pourrait vraiment croire que
la nature entière n’est pas réalisé en 3D et c’est ce qui m a le plus bluffé … à voir !

- L’univers du surf est idéal pour un film délire. Personnages « hyper-égocentriques », « allumés mystique de la vague », attitude « méga COOL ». On passe à coté. Le poulet « COOL man » est complétement sous exploité, il aurait pu en être le SID (Ice age), les 3 petits pingouins qui commentent en apparté: idem.

- J’ai l’habitude d’aller au ciné avec les gosses pour ce genre de film et celui-ci sent la cata. Ils vont décrocher à la 20ème minutes et il va falloir contenir les mômes pendant l’heure qui reste.

- Vraiment drôle !- Ce film est vraiment sans intérêt et seuls des enfants pourront être séduits par les jolis graphismes : l’histoire simpliste et sans humour est mortellement ennuyeuse ! les 3 personnes qui ont vu le film avec moi étaient prêt à partir après la 1ére demi heure ! A fuir, à moins que vous n’ayez 9€ et 1H20 perdre …
- Un calvaire en persepctive- Un rattage. Y’a pas de rythme, les effets « caméra d’épaule » ramollissent tout, faute de cadrage pertinent. Une alternance plan fixe/plan dynamique aurait apporté des tensions et des accelérations. Même « LA » scène dramatique est molle.- Pour vous donner un aperçu de la réussite de ce film aux USA :
Budget : 120 millions $
Recette : 54 millions $ … retiré après 5 semaines seulement !
- Pour l’aspect technique « RESPECT », le rendu des fluides est fantastique, les textures sèches ou mouillées sont stupéfiantes. On s’y croirait, dans le tunnel de la vague.

- Pour ce qui est de la comparaison avec Happpy feet, ils n’ont rien à voir. HAppy Feet est techniquement moins « bluffant » par contre le scénario et le rythme sont « béton ». Il restent des références pour les mômes et ils aiment le revoir. Une seule fois suffira pour « Les Rois de la glisse » et ils passeront à autre chose.

- LES ROIS DE LA GLISSE ne se prend pas la tête. Le film joue totalement son rôle de divertissement agréable et rigolo.

ET VOUS, QU’EN PENSEZ-VOUS ?
** Rien à voir (enfin, je pense), avec le site « the geek show » ???

Le Roi Lion et ses personnages

Mercredi 17 octobre 2007

fandedisney, vous avez récemment posté un message dans notre rubrique « demandes d’articles« , message dans lequel vous demandiez une interprétation du Roi Lion, ainsi que le portrait des personnages de ce film.

Le Roi Lion et ses personnages dans Les Films d'Animation 18686512

Je vous renvoie vers notre dossier spécial d’Octobre 2007, consacré aux méchants d’animation et qui présente également un portrait très complet de Scar ; cet article vous propose plusieurs interprétations du film. Voici les grands traits de cet article, que vous pouvez néanmoins consulter grace au lien suivant : http://filmsdanimation.unblog.fr/page/2/ 

- Scar est le pendant de Mufasa : Mufasa représente l’image du “bon” roi, celui qui respecte ses sujets, le juste ; alors que Scar représente le “mauvais” roi : le despote ou le tyran, dont seule la satisfaction personnelle est en jeu dans sa façon de reigner. Scar représente également la trahison dans un sens quasi-religieux puisque sa trahison fait penser à celle de Juda…

RoiLion04 dans Les Films d'Animation

- A travers le personnage de Scar, l’enfant comprend le cycle éternel et apprend notament que dans la vie, tout acte a des répercussions. Il est également mis en garde contre les excés de pouvoir : le despotisme, l’intolérance et l’égoïsme.

- Au vu de la mort cruelle de Scar, il est possible de comprendre la morale de l’histoire de différentes façons :

  • “respectez le cycle éternel, faute de quoi, vous risquez de mourir” : un message écologique ?
  • “ne faites pas le mal, vous serez sévèrement puni” : un message à caractère quasi-religieux ?
  • ”une personne mauvaise mérite de mourir” : un message POUR la peine de mort ?

 - Merci à Pitouwh, pour ses interprétations précieuses, qui voit notamment dans ce film une référence évidente aux relations fratricides d’Abel et Caïn, et qui rapproche également Le Roi Lion à l’histoire d’Hamlet.

1182586903

- Le dernier axe d’interprétation que je vous soumettrais pour ce film est de le voir comme l’expression inconsciente du complexe d’Oedipe : Simba, sans le vouloir, est responsable de la mort de son père ; comme Oedipe, il fuit, avant de se retrouver face à face avec son destin ; il devient Roi à la place de son père, aux côtés de sa mère veuve et de Nala, représentative de la féminité qui l’a entouré durant toute son enfance.

 

Pour vous remercier de l’intérêt que vous portez à ce site, je vous propose de (re-)visionner l’un des passages les plus mémorables de ce film-culte : « Je voudrais déjà être roi » 

Image de prévisualisation YouTube

VOUS AUSSI, VOUS SOUHAITERIEZ VOIR PUBLIER LE PORTRAIT DE VOTRE HERO PREFERE, UNE VIDEO, UN ARTICLE SUR UN THEME EN PARTICULIER ? LAISSEZ VOTRE DEMANDE DANS LA RUBRIQUE « DEMANDE D’ARTICLE« 

La Naissance de Mickey

Mercredi 17 octobre 2007

mickey                                        
Au départ, le personnage devait être un lapin avec de longues oreilles et une queue touffue ; il aurait du s’appeller Oswald. Mais Walt Disney perdit les droits de ce premier personnage. C‘est alors que Walt commence à imaginer une petite souris, qu’il nommera, dans un premier temps, Mortimer. Peu à peu, le personnage a évolué, jusqu’à devenir celui que l’on connait tous aujourd’hui. C’est l’épouse  Disney qui a trouvé le nom de Mickey. Il semblerait, par ailleurs, que ce soit Ub Iwerks qui s’est chargé de développer lapparence du personnage tandis que Walt Disney lui a insuff son caractère.

Premières parutions :

mickey.jpgAu début Mickey avait d’énormes yeux, un long museau et une longue queue. Ses bras et ses jambes ressemblaient à des tuyaux, il ne portait pas de gant et ses oreilles étaient mises côte àte sur le dessus de sa tête. Son corps était en forme de poire. Par contre, il portait déjà des pantalons rouges garnis de 2 gros boutons blancs ainsi que de grosses chaussures. Il faut savoir que le premier personnage Mickey avait un caractère bien plus farceur et bien plus coquin que celui que l’on connait aujourd’hui.

Le personnage fait ses débuts dans un court métrage nommé « Plane Crazy », qui est (comme toutes les précédentes œuvres de Disney), un film muet ; le succès ne fut pas au rendez-vous !

Fin 1928, Disney présente « Steamboat Willie« , un court métrage. Cest le premier dessin animé avec son synchronisé. Mickey y faisait plus figure de « jeune garnement » : DOn l’y voit notamment klaxonner à l’aide d’étreintes serrées sur des canards, utiliser les dents d‘une vache comme xylophone, et enrouler la queue dune chèvre pour en faire une boîte à musique (!). Des parents alarmés par son comportement désagréable et grossier, ont inondé de lettres le bureau de Disney, exigeant une souris « plus aimable et plus douce ». On décida alors de faire évoluer la souris.

2222222222222222222222222222~ [ ! ][ M ][ i ][ c ][ k ][ e ][ y ][ ! ] ~222222222222222222222222222

L’évolution de Mickey :  

La Naissance de Mickey dans Les Dessins Animés 070209_mickey_mouseMickey fut redessiné et destiné à être une souris plus charmante et plus tranquille : Il garde ses caleçons à deux boutons mais ses yeux sont plus petits, ses bras et ses jambes sont plus épais, et il a gagné du poids. Ses oreilles ne sont plus des cercles et bougent même dans ses mouvements ; il a des gants, de plus grands pieds, et son corps en forme de poire s’est étiré. Sa queue s’est également raccourcie, mais elle disparut pendant la 2e guerre mondiale car elle devenait trop difficile à animer.

Désormais, Mickey n‘est plus très drôle ; il devient attirant, plaisant, attrayant et ne fait jamais rien sans raison valable. C’est un trait qu’il a hérité de Disney lui-même. Il est également devenu plus humain ; une sorte de Monsieur Parfait dans le corps d’une souris.

Peu à peu, son monde s’est enrichi d’amis aussi originaux et aussi réussis que lui : Une petite amie (Minnie), un chien (Pluto), et des amis (Goofy, Dingo, Donald et Daisy). Pus tard,d’autres personnages se grefferont : les neveux de Donald, Pat, et un rivale pour Mickey nommé Mortimer !

La popularité de Mickey a grandi et est aujourd’hui unanime ; le personnage a fait le tour du monde et c’est l’emblème du monde Disney. 

INFO : Walt Disney a assuré la voix anglaise de Mickey Mouse jusquen 1947.

Recyclage des images

Mercredi 17 octobre 2007

Disney a toujours été un précurseur :

même lorsqu’il créait Le Livre de la Jungle,

 il avait déjà l’âme écolo : tout se recycle !

copiage.jpg

Et Le Livre de la Jungle semble avoir la Palme !

copiage2.jpg

Dédicasse à mon neuveu Tony qui adore ce film !!!

Mardi 16 octobre 2007

Image de prévisualisation YouTube

 

Ta Tata qui t’aime très fort !!!

L’Ami Public Numéro 1

Mardi 16 octobre 2007

L'Ami Public Numéro 1 dans Les Dessins Animés 225310910X.08.MZZZZZZZL’émission préférée des enfants a été, pendant plus de 15 ans, celle que Pierre Tchernia présentait, le dimanche après-midi, de 1961 à 1978 : des extraits de dessins animés de Walt Disney qui ont fait de lui « l’ami public numéro 1″.

Souvenirs de Pierre Tchernia :

« Mr Disney, raconte Pierre Tchernia, je le connais bien. Je suis né la même année que son grand fils Mickey, en 1928. Mais j’ai rencontré l’homme en 1961, année où l’ORTF et la société Disney se mirent d’accord pour produire une émission consacrée aux personnages Disney. On me demanda de m’en occuper pendant une saison. Finalement, l’ »ami public » a duré 17 ans (…) Nous avions rendez-vous au studio, à Hollywood. Le père de Mickey avait deux bureaux : le vrai, où il travaillait, et le faux, pour enregistrer les émissions de télévision où il apparaissait. Conversation difficileoù il essayait de glisser quelques mots en français et où, moi, je m’efforçais d’articuler quelques mots d’anglais. »

Article tiré de « Nos Années Télé« 

 

7227 dans Les Dessins Animés

 CITATION :

« Les enfants n’aiment pas être considérés comme tels. Ils veulent qu’on leur parle comme s’ils étaient des adultes. Ils ont raison. »

Pierre Tchernia

12