Mulan, ou la place de la femme dans la société

mulan.jpg 

Mulan est le 54e long-métrage d’animation et le 36e « Classique » des studios Disney. Sorti en 1998, il s’inspire de la légende de Hua Mulan.

L’Histoire : Mulan est une jeune Chinoise. Lorsque la guerre éclate dans son pays, un homme est convoqué dans chaque famille, pour défendre la Chine. Alors, pour sauver son père, Mulan décide de prendre sa place. Elle doit désormais se faire passer pour un homme, car si on découvre la réalité, sa famille sera déshonorée.

mulan2.jpg

Pas facile, lorsque l’on est une jeune fille, de trouver sa place dans la société : les espoirs des parents, le regard critique des « autres », sont en totale contradiction avec nos envies et nos désirs…

Mulan pose tous les problèmes liés à la féminité naissante :

- La place de la femme dans la société : La chanson de la marieuse est très claire : « Nous devons servir l’empereur ; les hommes en se battant, les femmes en attendant« . A l’opposé des héroïnes classiques et dans la lignée de Belle et de Ariel, Mulan fait partie d’une nouvelle génération d’héroïnes d’animation : son caractère affirmé la pousse à ne pas accepter la place réductrice réservée aux femmes. Dans une société où la femme ne semble être qu’un objet d’ornement,  elle n’hésite pas à faire fi de l’autorité paternelle, et des conventions sociales. Mulan, à son tour, est une jeune entêtée qui fait confiance à son coeur pour avancer dans la vie. De façon, peut-être, à ne pas trop heurter nos sociétés occidentales, l’histoire se passe en Chine, dans un pays où la place de la femme est en pleine mutation, à mi-chemin entre une tradition écrasante et une modernité naissante. Mulan incarne parfaitement cette nouvelle génération de chinoises dont la vie est un fil tendu entre ces deux mondes. Elle a le choix entre le mariage « classique », vers lequel la mènent ses parents (tout en sachant qu’elle n’est pas faite pour) : c’est la scène de la marieuse ; et une union libre et moderne, qui lui correspond tout à fait : c’est l’amour naissant avec ce jeune officier.

- L’homosexualité est traitée en filigranne de façon très discrète : l’amour entre Mulan (qui se fait passer pour un homme) et Shang frôle avec subtilité l’homosexualité, faisant comprendre, au passage, aux enfants, que l’amour n’est pas chose évidente. Shang est troublé par Mulan, et ce, dès le début de leur rencontre : C’est le seul de ses soldats qui se rapproche de lui dans les moments difficiles (à la mort de son père, par exemple) et ils tissent, ensemble, des relations privilégiées. Peut-être sont-ce les qualités féminines de Mulan qui l’attirent, peut-être n’a-t-il pas, lui, de tabou sexuel à franchir. Toujours est-il que, même si la barrière est très floue, la question de l’homosexualité reste posée et le film ne lui apporte pas vraiment de réponse : c’est à l’enfant à tirer ses propres conclusions sur ce mode de sexualité…

- L’égalité entre hommes et femmes est (enfin?) bel et bien restauré : La révolution sexuelle a eu lieu depuis bien longtemps, et pourtant… rien n’est encore acquis!!! Dans le pays de Mulan, c’est l’homme qui fait la guerre, c’est le père qui fait autorité, la femme étant réduite à un rôle représentatif de la croyance ancestrale. Dans ce paysage traditionnaliste, Mulan fait figure de personnage asexué, tant son physique et son caractère sont entre les deux sexes : c’est une jeune fille, et pourtant ses formes naissantes sont imperceptibles (d’ailleurs, le doute est général sur sa faculté à prendre mari) ; elle se bat comme un homme contre Shan-Yu ; elle dépasse les frontières du sexe : Mulan représente l’Homme. Désormais, accompagnée de Fiona ou de Jasmine, elle établit de façon définitive l’égalité absolue entre hommes et femmes.

- L’importance de l’éducation : Pour que cette révolution aie lieu, il faut avant tout qu’elle soit menée par des personnes ouverts d’esprit. Les parents de Mulan semblent, à première vue, embrigadés par le traditionnalisme écrasant de leur société : ils mènent Mulan vers la marieuse en priant pour qu’elle réussisse à passer ce cap. Et pourtant, on peut sentir que les parents de Mulan savent parfaitement que les conventions sociales ne sont que des conventions : le père de Mulan, mort d’inquiétude, se fiche éperduement de l’épée que celle-ci lui amène : il lui précise que tout ce qui compte, c’est qu’elle soit saine et sauve : son honneur n’est, finalement, que secondaire. Voyez comme le personnage de la grand-mère de Mulan est atypique : derrière des airs coincés et traditionnalistes, cette vieille femme véhicule aussi des valeurs modernes : elle regrette que Mulan n’ai pas « ramené » un homme ; elle plaisante sur des sujets graves… Ce film est très clair à ce sujet : l’évolution des choses ne peut se faire que par des gens très ouverts au changement et dont l’éducation véhicule, en toile de fond, l’ouverture et le respect de la différence…

***

Le saviez-vous ?

- Dans la version française, c’est Patrick Fiori qui assure la voix de Shang lors des passages chantés et c’est José Garcia qui a prêté sa voix à Mushu !!

- Dans la tour des feux d’artifices, on peut voir un personnage qui a tout sauf les traits d’un chinois : c’est la caricature d’un des réalisateurs du film.

- La réalisation du film a coûté environ 70 000 000 $

Des Erreurs se sont glissées dans ce film :

- Au début du film, Mulan se peint le visage en blanc et revêt un kimono. Ces pratiques sont japonaises et non pas chinoises.

- Le criquet de Mulan n’a que quatre pattes au lieu de six.

- Shan-Yu le Hun prétend avoir été invité par l’Empereur à édifier sa « grande muraille » afin de prouver sa force, alors que l’on sait qu’il a fallu des siècles pour construire la Grande Muraille et qu’elle fût achevée bien après que les Huns aient cessé d’être une menace.

QUE PENSEZ-VOUS DE CET ARTICLE ??

LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE !!

2 Réponses à “Mulan, ou la place de la femme dans la société”

  1. Al dit :

    Cette analyse de Mulan est vachement intéressante. Ceci dit, la question de l’homosexualité dans ce film n’est pas si discrète que ça. Si Mulan représente l’Homme, ça peut vouloir dire qu’elle n’est pas une femme mais un homme efféminé et homosexuel qui aime les hommes forts représentés par Shang et les soldats. Regardez un peu le mal qu’elle a à s’adapter au monde des soldats. Mulan est donc un film féministe mais aussi une remise en cause du stéréotype de l’homosexuel qu’on traite de « dérangé » dans le film. Pour preuve, à la fin du film, Mulan redevient une femme, se bat contre Shanyu et va se marier avec Shang. Ce qui montre qu’un homosexuel peut assumer sa féminité (s’il en a une car tous les homosexuels ne sont pas efféminés) tout en montrant qu’il peut être aussi fort qu’un hétérosexuel représentés par les soldats qui rêvent d’une « belle fille à aimer » tandis que Mulan n’en rêve pas soit parce qu’elle est une femme et aime les hommes soit parce qu’elle/il est un homme qui aiment les hommes: pour preuve quand Hayo dit à Ping (et non pas à Mulan) qu’il tombe toutes les filles comme des fruits mûrs, Ping s’enfuit en courant effrayé tout il le fait devant des cultivatrices.
    Mulan est donc un film féministe qui montre que les femmes peuvent être aussi fortes et braves que les hommes et que les hommes peuvent être homosexuels « efféminés » tout en étant de bons soldats car le sexe et l’attirance sexuelle n’ont rien à voir avec la motivation.

  2. Marie dit :

    dans la chanson du début, ce n’est pas « les femmes en attendant » mais en « enfantant ». Je trouve que cela peut changer légèrement le message…

Laisser un commentaire