Les Grandes Princesses… au paroxisme de la modernité !

Article 4/6 du Dossier de Août 2007 

La « troisième génération » de princesses que nous pouvons évoquer est la plus récente : Les Fiona, Mulan ou Selenia tranchent désormains crûment avec les Cendrillon et compagnie ! Elles vivent dans leur temps, se battant en guerrières, comme des hommes ou à la Matrix, se moquent éperdûment des grandes princesses classiques et affirment leur physique, qu’il soit disgracieux ou masculin : nous voilà au paroxisme de la modernité !

fiona.bmp          mulan.bmp     selenia.bmp

Mulan, la guerrière passe pour un homme durant tout le film et son physique particulièrement moderne n’est pas sans rappeller le physique anorexique de nos jeunes filles ; il en est de même pour Selenia (dans Arthur et les Minimoys) : C’est une princesse atypique dont le caractère de petite fille gâtée et colérique malmène le romantisme auquel les films d’animation dits « classiques » nous avaient habitués… Fiona, quant à elle, fait voler en éclats les grands concepts de l’amour chevaleresque et romantique et s’éprend de Shrek, le roteur-pêteur. Et oui, l’amour, on le fait rarement avec Richard Geere, mais bien plutôt avec Mr Toutlemonde, et c’est bien souvent LUI qu’on aime… avec ses défauts d’homme imparfait !

L’image de l’amour via les grandes Princesses est désormais plus que moderne, il devient sur-réaliste : le couple est la réunion de deux entités qui occupent une place égale (c’est pas trop tôt!!).

Une réponse à “Les Grandes Princesses… au paroxisme de la modernité !”

  1. cecile dit :

    Devenus de jeunes mariés, Shrek et Fiona rentrent de leur heureuse lune de miel. Ils sont invités par les parents de Fiona à venir dîner dans leur royaume, à Far Far Away. Mais ils ne se doutent pas que leur fille est devenue une ravissante ogresse…he oui la différence encore bien joué pour les films d’animation : un couple comme tout le monde

Laisser un commentaire