La Petite Sirène ou les enfants en otage

arielle.bmp 

Je dédie cet article à ma plus jeune soeur, qui a visionné (et qui m’a fait visionner) ce film des dizaines, des centaines, des milliers de fois… 

La Petite Sirène est l’un des films d’animation les plus réussis : Une magnifique histoire d’amour impossible, des chansons rythmées et une multitude de personnages tous plus attachants les uns que les autres.

Mais à bien y regarder, nous pouvons constater que la jeune Ariel est l’image même de l’enfant pris en otage par ses deux parents séparés. En effet, le personnage du père est bien stéréotypé : c’est l’homme fort, qui représente le pouvoir (c’est le roi Triton), l’autorité et l’interdit : c’est lui qui interdit à Ariel d’être en relation avec les hommes (= l’autre monde, qui représente, bien sûr, le sexe opposé).

La figure de la mère est un peu moins facile à décrypter ; mais nous pouvons affirmer qu’Ursula en est une image détournée : Elle précise notament qu’elle avait, à une époque, une place privilégiée au palais, place qu’elle semble avoir perdue à cause de son comportement : « de mon temps, on savait s’amuser, à l’époque où moi, je vivais au palais« , se lamente-t-elle ; et elle enchaîne : « et maintenant, regardez-moi… balayée de tous comme une vulgaire courtisane!« . A ces derniers mots, on peut comprendre qu’elle était la femme du roi Triton, et que son comportement quelque peu déplacé a provoqué leur rupture définitive.

De là à imaginer que la jeune Ariel est sa fille, il n’y a qu’un pas : voyez comme cette sorcière passe son temps à l’observer de loin, en silence.

On peu donc affirmer que l’histoire de La Petite Sirène symbolise le déchirement de deux adultes séparés, avec entre eux, les enfants, qui subissent : Ariel, en effet, semble être l’occasion pour Ursula de se venger du roi Triton (son ancien amant), figurant ainsi ce que de nombreux enfants vivent au sein de leur propre famille : Ursula se sert d’elle, de sa confiance, de son ignorance, dans le seul but de toucher le roi Triton ; Triton, quant à lui, est furieux de savoir que sa petite dernière a eu des relations avec cette femme détestée.

Nous pouvons aller plus loin dans cette analyse : Le roi Triton représente pour la jeune fille le père castrateur ; d’ailleurs tant qu’Ariel vit sous son toit, elle est « frustrée » par sa queue de poisson qui peut représenter une sorte de « ceinture de chasteté » rendant impossible pour elle toute sexualité. C’est auprès de la figure maternelle (Ursula), femme émancipée et sans complexe (voyez comme elle étale ses formes généreuses), qu’Ariel va pouvoir s’affranchir de l’interdit posé sur le sexe : c’est Ursula qui lui permet d’avoir des jambes (attribut suprème de la féminité), et c’est en s’éloignant de la maison du père, en fugant, même, qu’elle va pouvoir rencontrer l’amour. La preuve en est : pour pouvoir vivre pleinement son amour, même avec la bénédiction de son père, elle sera forcée de garder ses jolies jambes et de faire une croix définitive sur sa queue de poisson.

Une fois encore, nous pouvons constater à quel point les  films d’animation traitent de sujets en rapport direct avec les grandes problématiques de notre société : la figure du père y est, certes, quelque peu stéréotypée, mais elle reflète bien l’image fondamentale que nous en avons. De même, la figure d’émancipation sexuelle, représentée par une femme (Ursula), reflète la symbolique diabolisée (lointainement issue de notre culture religieuse… ) que notre société met encore aujourd’hui sur la sexualité de nos jeunes filles.

Cet article vous parait insencé, tiré par les cheveux, ou au contraire absolument révélateur ? Réagissez en laissant votre commentaire!!!

12 Réponses à “La Petite Sirène ou les enfants en otage”

  1. coraline barq dit :

    ce film est amusant pou les enfants .

  2. Guillaume dit :

    C’est très bien pensé mais ça retire du charme à la petite sirène et puis Ursula n’est pas la mère d’Ariel : la mère d’Ariel s’appelle Athena mais pour plus de renseignement attendons que la petite sirène 3 sorte (ce qui ne devrait pas tarder).

  3. Al dit :

    Certes Guillaume. Mais il faut savoir qu’Ursula oula sorcière des mers est la soeur du Roi Triton donc la tante d’Ariel. Elle est donc une image de méchante belle-mère transformée en tante (comme c’était le cas d’Agatha Legourdin, la méchante tante de Jennifer Candy dans Mathilda) donc une autre forme de marâtre. Toutefois, l’histoire de la mère d’Ariel et le lien de sang entre Triton et la sorcière ont été inventés plus tard. On peut donc considérer qu’à l’époque de sortie de La petite sirène, Ursula était bel et bien une figure maternelle pour le personnage d’Ariel.

  4. Glav dit :

    C’est à peu près l’avis que j’avais, sur la symbolique de ce film (la queue de poisson-ceinture de chasteté, la fugue, l’amour et le père protecteur), à ceci près que je ne vois pas ursula comme une mère forcément tentatrice (d’ailleurs, le fait qu’elle cherche à draguer le prince à la place de sa fille n’aurait aucun sens). Le monde de l’extérieur est tout simplement celui des garçons, des expériences et des risques dont ariel n’a que des traces (sa caverne aux trésors) et contre lequel son père, qui y connait quelque chose, met Ariel en garde.

    Les contes ne sont jamais super originaux dans la symbolique, ça tourne toujours autour d’une histoire commune à tout le monde, souvent la même : La fille qui grandit et qui a envie de découvrir un peu le monde et couper un peu le cordon ombilical avec les parents. Recemment, Raiponce en est un parfait exemple. Disney a même poussé la métaphore plus loin que l’histoire d’origine, en rajoutant les cheveux magiques, symbole de l’hymen que le garçon risque de voler (à la grande peur de la mère). À moins que je délire complètement…

    Cette discussion m’intéresse, mais je ne vois pas de case à cocher. Merci de me mailer en cas de ré(rai)ponse(ce) :)

  5. Al dit :

    Si, ça peut avoir un sens qu’Ursula cherche à draguer Eric ou le gendre à la place de sa (belle-)fille/nièce. La (belle-)mère/tante représente la femme qui a de l’expérience d’où la pieuvre aux gros seins qui étale ses formes généreuses, se maquille et a des mouvements très érotiques et maternels. La (belle-)fille/nièce représente l’enfant ou la non-femme qui n’a pas encore d’expérience mais qui cherche à apprendre d’elle-même et à couper le cordon avec sa famille tout en restant en conctact avec les images masulines et féminines de base: les parents.
    Son père protecteur refuse de dire quoi que ce soit sur le monde et de peur qu’on abuse de sa petite dernière sexuellement lui interdit tout contact avec les hommes donc refuse d’être le seul modèle masculin de base qu’une fillette doit avoir. Sa (belle-)mère/tante, elle, feint d’être plus ouverte et donne à la fillette un corps de femme tout en lui enseignant des méthodes de drague. Mais en réalité, Ursula en faisant ça s’entraine elle-même pour draguer le gendre car elle semble observer le monde marin aussi bien que le monde terrestre. On ne sait pas si elle a déjà vu Eric ou pas et de plus le Roi Triton montre pour elle une histoire d’amour ratée car ce dernier semble préférer sa fille à sa femme (si Ursula l’est bel et bien): jalousie maternelle vis-à-vis de la fille, envie de recommencer sa vie et/ou se donner l’impression de n’avoir rien raté en feignant d’être toujours jeune et belle donc de draguer un jeune homme plutôt beau et séduisant. Or, quand Ariel s’éprend d’Eric, elle va représenter (bien que ça commençait déjà un peu avec le père) une rivale sexuelle/amoureuse qu’elle va devoir éliminer. En bref, une vengeance qu’elle voir ainsi: tu m’as pris ton père alors je vais ton prendre ton amoureux.
    Ariel va donc devoir « échapper » à ses parents en se servant de l’atout que sa (belle-)mère/tante lui a donné (inconsciemment bien sûr) et en fuyant son milieu familial en allant à l’extérieur d’où le sauvetage d’Eric qui lui donne un premier contact avec un jeune premier extérieur au cercle familial puis la marche sur la terre ferme représentant le monde des hommes.
    Eric, quant à lui, connait assez peu le monde des femmes. En effet, il semble orphelin et Grimsby (le conseiller) pourrait être son grand-père. Celui-ci, contrairement au père d’Ariel, est bienveillant, il espère qu’Eric va rencontrer la femme de sa vie et finalement le pousse à avouer son amour à Ariel: Eric allait le faire jusqu’à ce qu’Ursula s’interpose entre les deux amants. En tuant Ursula, Eric règle sa dette envers Ariel car celle-ci lui avait déjà sauvé la vie et décide de renoncer à aimer une femme qui pourrait être sa mère, ce qui est très symbolique: Eric a l’air d’avoir grandi sans mère, ce qui voudrait dire qu’il chercherait inconsciemment une mère en Ursula jusqu’à se rendre compte qu’il doit grandir, renoncer à « sa famille » et aimer une femme extérieure au cercle familial.

    En fait Glav, j’aime bien ton idée sur Raiponce.

  6. Leu dit :

    Il faudrait plutot analyser le conte d’Andersen, Disney a modifié l’histoire.

  7. Mercier dit :

    Je suis assez d’accord avec cette analyse quelque peu freudienne.
    Le Père est l’image même de l’autorité, une autorité à laquelle Ariel veut échapper, car elle aspire à être indépendante, son père, comme les eaux qui l’entourent symbolise un frein à son indépendance, peut-on voir la mer dans laquelle elle stagne comme une représentation de la société? qui parfois nous bride dans nos aspirations? Ariel aspire à l’émancipation, à quitter l’océan, à l’image de l’enfant qui grandit dans le ventre de sa mère, immergé dans de l’eau, c’est un conte qui raconte l’histoire d’une jeune fille qui ne cherche qu’à s’émanciper et à acquérir son indépendance et ce sans nul coût, elle doit passer par la souffrance de quitter ses proches pour un monde nouveau, à l’image de l’enfant qui part découvrir le monde extérieur. Ursula, est une femme libérée, disposant de pouvoirs dont elle ne se sert pas pour faire le bien, malgré la portée généreuse de son « aide », elle ursupe Ariel en lui promettant bonheur et félicité et ne l’informe pas sur le monde extérieur, c’est là où l’on trouve les limites de sa « maternité » envers Ariel. La morale serait donc qu’il faille se méfier des personnes trop gentilles, trop douceureuses, car comme Ursula, cela cache quelque chose, il y a « anguille sous roche » pour rester dans le thème de l’univers auquatique. Ursula pourrait être la figure de la marâtre plutôt que de la mer, une marâtre qui envie sa belle fille pour sa beauté, sa pureté, et ses talents ici, le chant, et qui est prête à causer sa perte, comme la marâtre de Cendrillon.

  8. jeanstory dit :

    Affection, friendship, dignity, really don’t combine customers as much as a commonplace hatred to obtain a little something. jeanstory http://www.voyoto.com/homme-c-1.html/

  9. jeanstory dit :

    Please don’t make friends which can be luxurious to get along with. Make friends who will stimulate a person to prise your lifestyle ascending. jeanstory http://www.voyoto.com/foot-c-10.html/

  10. jeanstory dit :

    Relationships final any time all close friend is convinced they have a small favorable position above the several. jeanstory http://www.voyoto.com/casquette-c-7.html/

  11. jeanstory dit :

    Should would undoubtedly make secret as a result of an opponent, express to it again never a fellow worker. [url=http://www.voyoto.com/lunettes-c-22.html/]jeanstory[/url] jeanstory

  12. jeanstory dit :

    Any time you normally would keep your method from an opponent, know that it via the a person. [url=http://www.voyoto.com/sac-c-19.html/]jeanstory[/url] jeanstory

Laisser un commentaire