Le Gang de Requin ou l’appel à la tolérance

pfilm15905388320121.jpeg

Réagissez à cet article en me laissant vos commentaires !!

Le « Gang de Requin » est un grand succès des studios Dreamworks.

L’histoire : Oscar est un petit poisson, modeste employé du « Lavobaleines », et chargé du nettoyage des cétacés. Suite à un énorme mensonge, il devient la star du récif. Afin de garder son secrêt, Oscar fait alors équipe avec Lenny, un requin pas comme les autres, qui prend le large afin de cacher à son père qu’il est végétarien. Contre toute attente, Oscar et Lenny deviennent amis. Mais ils vont devoir ruser pour que leurs secrêts respectifs ne soient pas dévoilés. Avec l’aide de Lenny et d’Angie, son amie fidèle, Oscar devra faire face à Don Nino, le grand requin, parrain du récif, et apprendre à se faire sa place dans le monde aquatique.

Lenny est le personnage secondaire. Il devient l’ami d’Oscar par un concours de circonstances. Lenny est le fils cadet de Don Nino, le parrain du récif. Celui-ci décide de laisser la succéssion du récif à ses deux fils, mais le premier meurt. Lenny va donc devoir gérer le récif seul. Mais à côté de ses semblables, carnivores invétérés et sans aucune pitié, Lenny fait figure de « pauvre type ». Ses semblables, et notamment son frère, le raillent, le frappent et le rejettent. Il s’enfuit pour ne pas avoir à avouer à son père qu’il est végétarien.

L’image de ce requin « végétarien », qui finit par se déguiser en dauphin, à « frayer » avec les petits poissons, à prendre pitié pour les crevettes, fait sans aucun doute appel à la tolérance. Plus encore, la fin du film à ce sujet est très équivoque : Lenny est déguisé en dauphin, comme un homme en Dragqueen. Oui, il me semble que Lenny est l’image même de l’homme homosexuel qui ne s’assume pas et qui est rejetté par les siens justement parcequ’il a ce petit quelque chose de différent et qui dérange…

Et ce n’est qu’à la fin du film, lorsqu’il semble enfin assumer, en quelque sorte sa sexualité ambivalente, qu’il est accepté par les siens, mais surtout par son père.

Cett analyse du personnage de Lenny est éttayée par une multitude de détails dispersés dans le film :

       – Observez la scène où il se retrouve « dans la chambre » avec Oscar, et dans laquelle il n’a pu entrer qu’au terme d’un cache-cache dangereux pour eux-deux : C’est là qu’il va opérer sa « transformation » ; c’est également le lieu intime où il va se « dévoiler » à son ami.

      – Lenny présente indéniablement un caractère purement féminin. D’ailleurs, tout au début du film, on perçoit que c’est certainement un enfant couvé (lorsqu’il se fait giffler par son frère, il se défend en disant : « Maman a dit qu’il fallait pas taper! »). Voyez comme il est doux et gentil. Voyez comme il se soumet : par rapport à son père, à son frère, mais aussi par rapport aux inconnus qu’il rencontre : Dans la scène de la fausse bagarre, Oscar le ridiculise : un requin battu par un petit poisson !! Quelle honte. Plus encore : Lenny y prend un plaisir presque malsain ; un plaisir que l’on pourrait presque percevoir comme sado-masochiste ; et à le voir en redemander encore, on se dit qu’il appréciait peut-être aussi les giffles de son grand frère.

Alors, loin de penser que ce film prône la luxure, le sado-masochisme ou l’homosexualité, je dirais tout simplement qu’il transmet à nos enfants, qui évoluent dans un monde où il n’est pas rare de voir des hommes sauvagement assassinés à cause de leurs préférences sexuelles, des valeurs de tolérance profonde envers celui qui est différent : Lenny est un personnage particulièrement attachant, et auquel les enfants peuvent facilement s’identifier (il leur arrive à eux-aussi de se faire railler dans la cour de récréation), et d’ainsi développer un fort pouvoir d’ampathie à l’égard des autres et notamment à l’égard de ceux qui sont différents.

emoticone Sultanne

2 Réponses à “Le Gang de Requin ou l’appel à la tolérance”

  1. romu dit :

    votre article prone la tolérance ok!
    Mais vous faites des amalgames dangereux!
    vous dressez un portrait de l’homosexuel vraiment cliché et …homophobe, sans vous rendre compte en plus !
    Relisez vous!

  2. Merci Romu pour votre commentaire, je suis heureuse de recevoir des remarques un peu plus « réactionnaires ».Après re-lecture, je vais donc, non pas revenir sur mon article, mais y apporter quelques précisions :

    Sachez tout d’abord que ce que je tente de faire dans mes articles, c’est de comprendre la symbolique cachée dans les films d’animation. Par défénition, un symbole est réducteur et, je vous l’accorde, « cliché ».

    N’y voyez surtout pas le moindre jugement de valeur de ma part : Lenny présente, il est vrai, une image très stéréotypée, mais, vous m’accorderez peut-être que pour faire comprendre des choses compliquées aux enfants, il faut tout d’abord les leur présenter de façon très simplifiée. Vous m’accorderez peut-être, aussi, que notre société voit l’homosexuel (l’homme notamment) comme une personne éféminée, mal dans sa peau, différente, et qu’elle n’hésite pas, souvent, à le railler, voire à le mollester… Je voulais donc surtout montrer, dans cet article, à quel point un film d’animation est le reflet de la réalité de notre société.

    N’hésitez pas à me donner votre avis sur les autres interprétations, j’en serais ravie!

Laisser un commentaire